IOT

Revenir à la liste

L’Internet des objets (IdO ou IoT pour Internet of Things en anglais) représente l’extension d’Internet à des choses et à des lieux du monde physique. Alors qu’Internet ne se prolonge habituellement pas au-delà du monde électronique, l’internet des objets représente les échanges d’informations et de données provenant de dispositifs présents dans le monde réel vers le réseau Internet. L’internet des objets est considéré comme la troisième évolution de l’Internet, baptisée Web 3.0 (parfois perçu comme la généralisation du Web des objets mais aussi comme celle du Web sémantique) qui fait suite à l’ère du Web social. L’internet des objets est en partie responsable de l’accroissement du volume de données générées sur le réseau, à l’origine du Big Data. L’internet des objets revêt un caractère universel pour désigner des objets connectés aux usages variés, dans le domaine de l’e-santé, de la domotique ou du Quantified Self.

Application (secteurs concernés)

Les domaines d’applications sont par exemple : la gestion des déchets, la planification urbaine, la détection environnementale, les gadgets d’interaction sociale, l’environnement urbain durable, les services d’urgence, l’achat mobile, les compteurs intelligents, la domotique,…

Les applications de l’Internet des objets décrites ci-dessus permettront de lier de l’information complète et éditable à n’importe quel objet ou lieu. Ce qui a émergé jusqu’ici est un mélange d’applications sociales et commerciales.

Des domaines encore relativement peu affectés par Internet, comme la santé, l’habitat, l’automobile, l’assurance, seront bouleversés par cette mutation du réseau : une compétition économique redoutable devrait avoir lieu dans les prochaines années, non seulement pour la maîtrise des plateformes, mais aussi pour le partage de la valeur entre acteurs économiques traditionnels et nouveaux venus issus du secteur numérique.

Cette évolution soulève de nombreuses questions relatives à la croissance économique et aux mutations sociales qu’elle entraînera, mais aussi aux libertés individuelles et à la souveraineté nationale. Pour que la France et l’Europe soient pleinement acteurs de cette révolution, il faut faciliter l’expérimentation de projet, créer une plateforme ouverte dédiée aux services publics pour l’internet des objets, faire de la sécurité et de la protection de la vie privée un avantage concurrentiel, soutenir les industriels européens dans la standardisation de leurs technologies et renforcer la présence européenne au sein des instances de normalisation.

Enjeux (techniques, technologiques, de formation, ….)

Les implications sociales et cognitives de ces applications et de celles à venir de l’IdO posent d’ailleurs un certain nombre de problèmes quant à la protection de la vie privée, voire des façons de se comporter dans un environnement (par exemple grâce à objets qui viennent modifier l’appréhension de l’environnement, comme les lunettes Google). L’interconnexion d’objets transmettant continuellement de l’information sur les personnes pourrait ainsi, selon certains critiques, marquer la disparition complète du contrôle des individus sur les données les concernant.

Contraintes (infrastructure, compétences, …)

Une attention toute particulière est à porter sur les aspects de sécurité au sens large et nécessite la collaboration de diverses expertises, tant technologiques que juridiques ou organisationnelles.

Les points sensibles: sécurité et confidentialité

  • Comment contrer les dangers du « tout connecté » : fourniture indirecte ou directe d’information personnelle et confidentielle, détournement d’objets et utilisation préjudiciable par des hackers ?
  • L’action de la CNIL. Nécessité d’une règlementation plus stricte et de normes de conformité : désactivation des objets, contrôle parental, propriété et récupération des données, droit à l’oubli. Qui attribue et contrôle les identifiants des objets ? Quelle évolution du droit ?
  • Peut-on se fonder sur une relation de confiance ? Comment assurer la transparence ?
  • Quelles techniques de sécurisation des objets ? Cryptage, authentification (Radius), biométrie. Le concept de « Privacy by design ».

Besoins

Accompagner les acteurs de la filière dès la formation ainsi que les entreprises utilisatrices afin d’intégrer tout le potentiel des objets connectés dans leur modèle organisationnel et business et leur permettre de :

  • développer une vision long terme et un mode d’innovation  » test-and-learn ».
  • comprendre comment l’Internet des Objets peut impacter un business aujourd’hui et dans le futur et discuter ces points avec les métiers. Déterminer les opportunités, la valeur que cela peut dégager et quelle roadmap retenir.
  • Intégrer ces nouvelles technologies avec l’environnement du SI, modifier les processus.
  • Avoir une vision globale, de la conception à la commercialisation.
  • Eviter de passer à côté d’opportunités, de perdre ses marchés au profit de concurrents ou de nouveaux entrants.